Billet d’Humeur !

Au revoir, cher José !

Comment dire au revoir à un ami de longue date qui, avec élégance et discrétion, vient de nous quitter après une bataille de plusieurs années contre une maladie qui a fini par l’emporter ? Sinon en poursuivant nos efforts pour tenter de répondre à des questions qui étaient aussi les siennes. Une tâche d’autant plus essentielle qu’originaire du Brésil, il écoutait avec beaucoup d’attention battre le cœur de son pays d’origine au rythme de ses incessantes convulsions.

Plusieurs d’entre nous étions proches de José Burle de Figueiredo que ce soit comme collègue de travail, parce que l’on partageait sa passion pour la culture, la musique et l’opéra, ou tout simplement parce qu’il était devenu un ami. Pour tous, il était un homme très attachant.

José avait une manière bien à lui d’aborder les questions difficiles. Un mélange de révolte et de retenue teinté d’un fatalisme latino-américain. Pas la peine de lui expliquer le national-populisme. Au Brésil on le connait depuis toujours. Lorsque nous avons créé le Cercle Germaine de Staël, il n’hésita pas une minute à nous rejoindre tant notre projet correspondait à son besoin d’échanger avec d’autres sur ce sujet. Cher José, tu nous manques déjà comme nous manque Gilbert Siegrist qui nous a quittés l’année dernière. Le départ des proches avec lesquels on a partagé tant de choses est décidément bien cruel. JDR

Accueil

Le Cercle Germaine de Staël de Genève

Nous sommes un groupe de personnes issues de divers milieux socio-professionnels et originaires de plusieurs pays qui s’inquiètent des dérives politiques, économiques, financières et sociales auxquelles on assiste tant en Suisse qu’en Europe et ailleurs dans le monde. Nous considérons que la croissance sans limite des inégalités ainsi que la montée des populismes qui en est l’une des conséquences, menacent les principes fondamentaux de la démocratie auxquels nous croyons. Nous pensons que face aux bouleversements auxquels nous assistons dans de nombreux pays, nous ne pouvons rester indifférents. Depuis mars 2018, nous nous réunissons régulièrement à Genève pour échanger nos points de vue et mettre en commun nos expériences. Des personnes extérieures (journalistes, universitaires, politiques, etc.) contribuent à nos débats en nous faisant bénéficier de leurs connaissances. Notre groupe est ouvert à toute personne qui partage nos préoccupations et souhaite participer à nos activités.

Pourquoi avoir choisi la figure de Madame De Staël  (1766-1817) ?

Parce que cette femme d’exception a tenu plusieurs salons où se discutaient les grands problèmes politiques et culturels de l’époque

Parce qu’elle fut une adepte des Lumières et des idéaux de la révolution française

Parce que, cosmopolite et avant-gardiste, elle fut l’une des premières à promouvoir « l’esprit européen »

Parce qu’elle anticipa le féminisme en dénonçant les contraintes sociales qui empêchent les femmes de s’épanouir

Enfin, parce qu’elle n’eut pas peur de tenir tête à Napoléon !

___________________

«J’ai défendu quarante ans le même principe, liberté en tout, en religion, en philosophie, en littérature, en industrie, en politique.»

Benjamin Constant